COMPAs

L'application COMPAs disponible pour les tablettes iPad

Cette application sert de support à la communication entre une personne ayant des troubles de la communication et son proche aidant.e

Vous vous occupez d’une personne ayant une maladie neurodégénérative et avez de la difficulté à communiquer avec elle?.

Le Centre de recherche de l’Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal (CRIUGM) vous présente l’application COMmunication Proche Aidant ou COMPAs

Expertise humaine et intelligence artificielle au service des personnes vivant avec une démence et leurs aidant.es

COMPAs: Platteforme PHOTOS VIDÉOS MUSIQUE

COMPAs permet de regrouper, sur une plateforme sécurisée, des photos issues de différentes périodes de la vie de la personne, des chansons ayant marqué sa vie personnelle et des vidéos de moments marquants, tout ceci avec l’objectif de favoriser sa communication. Le principe est simple, en ciblant des souvenirs ayant un grand poids émotionnel, nous cherchons à encourager les échanges positifs et du fait même, à diminuer le sentiment de frustration et améliorer la qualité de vie de la personne et de son proche aidant.
COMPAs:Outil de communication pour proche aidant.e

À la fin de chacune des « sessions » de communication, le proche aidant peut donner une appréciation de la communication de la personne ayant un trouble de la mémoire, dans le but de suivre l’évolution des difficultés, mais également d’outiller le proche à identifier le meilleur moment pour communiquer avec la personne ayant une démence (matin, vers le souper, etc.). Le proche peut également partager ces informations avec un professionnel.

Une application unique

À notre connaissance, il n’existe pas de telle application, visant à soutenir la communication entre une personne ayant une maladie neurodégénérative et son proche aidant. Il est donc intéressant d’explorer l’effet d’une « intervention » personnalisée administrée par le proche aidant, basée sur l’histoire du bénéficiaire avec ses caractéristiques personnelles et culturelles. Une participation active, en lien avec son propre vécu et ses émotions, devrait aussi être favorisée par ce type d’approche, tout cela dans le but d’améliorer la communication, ce qui, en conséquence, pourrait contribuer à diminuer les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence et améliorerait les interactions et la qualité de vie des personnes ayant une démence, mais également de leurs proches.

Ana Inés Ansaldo résume l'histoire de COMPAs

  • Un projet complexe

    Pour le projet COMPAs, la complexité des adaptations nécessaires, dans un milieu si volatile que le CHSLD a poussé la réflexion sur l’importance d’approfondir les recherches sur l’incommunication et l’isolement social des personnes âgées en CHSLD et ses impacts sur la cognition et sur la qualité de vie de ces personnes et celles qui leur viennent en aide, professionnels ou proches aidantes. Ainsi, j’ai rassemblé une équipe multidisciplinaire de chercheur.es, clinicien.es, aidant.es et gestionnaires, pour aborder la question de la communication et l’isolement en CHSLD d’une manière innovante, qui permettrait de faire avancer la recherche dans ce domaine si peu étudié, tout en favorisant le développement des solutions concrètes aux défis du terrain (i.e. incommunication, comportements réactifs, isolement, fardeau accrue chez les aidant.es naturelles et professionnelles, manque de formation des préposés aux bénéficiaires, dégradation rapide des résident.es , impossibilité de maintien du lien avec lues proches en situation d’isolement, dépersonnalisation accrue des résidents dans le contexte d’urgence, etc.).

    Voici l'idée

    J’ai donc développée une idée qui était dans mon esprit depuis les premiers études COMPAs: la création d’une plateforme numérique et d’intelligence artificielle qui servirait autant à la recherche que à la formation et l’intervention destinées à soutenir la communication entre les aidant.es et les aidées vivant avec une démence en CHSLD. Cette idée se cristallisé dans l’obtention d’une plateforme FCI-COVID destinée à la recherche de pointe sur la question des réactions émotionnelles au contenu d’écran , ses impacts sur la communication entre résidents et aidants, avec une base de donnes multimodales et des outils d’intelligence artificielle permettant d’identifier les contenus d’écran les plus appropriées permettant de prévenir et/ou réduire des comportements réactifs, soutenir la communication même à distance, diminuer le fardeau des aiadnt.es et améliorer le sentiment d’accomplissement professionnel. Des outils de formation sur comment communiquer avec une personne avec démence destinées aux différents types d’aidant.es, seront aussi accessibles sur la plateforme.

    Le déroulement

    L’obtention du Fonds Nouvelles Frontières a permis le démarrage des études auprès des personnes en santé, avec une première version du catalogue de clips. On devrait commencer les études en CHSLD à l’hiver, grâce à l’engagement dans ce projet du CSSMTL et du personnel sur le terrain ayant participé à la demande FCI-COVID et avec qui on collabore depuis plusieurs années. Ce projet a intéressé des collègues de la Suisse, notamment Dre Gilart De Kernafleck’h du CHU Lausanne, avec qui je préparerai une demande de fonds en 2023.